Certains désastres s’expliquent plus facilement que d’autres.

Mon successeur a fermé ses portes depuis cet été.

Je comprends un peu mieux pourquoi à présent.

Où l’on reparle un petit peu de MUGR.

En déménageant des données qui restaient dans le PC de la boutique, je suis retombé sur un vieux projet de chanson. Je n’ai jamais eu le temps de faire la musique, mais si quelqu’un arrive à  en faire quelque chose…

Rends Toi Service
(Mugr)

Toutes les semaines elle bouffe chez toi
Juste pour pleurer sur ton épaule
Mais toi t’avais pas prévu ça
Es tu bien sûr d’avoir le beau rôle
Tu la trimbales un peu partout
Et tous les verres sont à ton compte
Mais il ne se passe rien du tout
Alors qu’en toi les désirs montent

Tu sais donc pas que faire le toutou
Mène à la niche, pas au plumard
Alors que pour elle tu fais tout
Elle passe ses nuits à te décevoir
Rends toi service : Envoie la chier ! ! !

Tes sentiments sont merveilleux
Mais malheureusement inutiles
Tu as beau faire tout ce que tu peux
Tu ne sors pas de ce trip débile
Pour elle le monde se divise en deux
Et t’es pas de la moitié qui baise
Si ça peut te consoler un peu
On a tous vécu le même malaise

Ton problème c’est que t’es à genoux
Pas vraiment une place gratifiante
Ou t’es utile, ou elle s’en fout
Elle est maîtresse sans être amante
Ca pourrait durer des années
A moins que tu n’aies le courage
De te décider à l’envoyer chier
Quand c’est foutu on tourne la page

(celles qui pourraient se reconnaître sont trop connes pour utiliser Internet, donc tout va bien !)

Une page se tourne

Eu égard aux divers changements survenus dans ma petite vie d’ex patron, je me vois forcé d’arrêter certains plaisirs de l’existence, y compris celui-ci :
Toy
Land Cruiser LJ-73 de 1987
Moteur 2.2l Turbo diesel
265.000 km
Carrosserie en bon état, mécanique en très bon état (vous me connaissez).
Sièges baquet Cobra, autoradio CD MP3 et USB, crochet d’attelage
Prix: 4000 €
Me contacter par le biais du site si intéressé.

De la difficulté de se fournir quand on est micro-entrepreneur

(ou : METRO : 0 PromoCash : 1)

L’une des choses qui me manquaient le plus depuis la revente de l’Annexe était le fait de ne plus pouvoir accéder aux magasins pour professionnels. Ne vous emballez pas trop vite, concernant les prix, la différence avec un supermarché ordinaire est souvent infime. Par contre, pour certaines choses comme les produits d’entretien par exemple, là on sent une certaine différence. Par exemple le film alimentaire, dont je n’ai trouvé aucune marque qui soit mieux que totalement merdique dans le monde des clients ordinaires, ou le détartrant, qui semble investir plus dans la pub et le choix de noms tous plus cons les uns que les autres plutôt que dans la recherche d’une formule efficace.
Je ne vais pas dire que mon arrivée dans le monde de la microentreprise était motivée par cela, mais c’est vrai que ça aurait pu aider. Mais bon ! Après m’être battu avec l’usine à gaz surbugguée du formulaire d’inscription, j’ai réussi à m’inscrire pour toutes mes activités, sauf que la traduction est passée en tête. Qu’à cela ne tienne, je me suis rendu dans nos deux principales enseignes des fournitures professionnelles muni de tous les justificatifs afin de me réinscrire après deux ans d’absence.
Eh ben pas glop Metro : en dépit du fait que mon activité de cuisinier à domicile figure bien sur la déclaration de début d’activité, c’est nein. Pour leur complaire, il faudrait que je me retape tout le processus de déclaration à zéro pour que le code APE soit bien dans les cases. Merci, mais une fois, pas deux. J’eusse espéré que le fait d’avoir été client pendant 14 ans aurait pu jouer en ma faveur, mais ne rêvons pas !
Du côté Promocash, les choses ont été beaucoup plus faciles, une fois que j’ai eu fini d’expliquer les particularités de ma situation : « Vous voulez voir si vous avez besoin de quelque chose dans le magasin pendant que je finis de faire votre carte ? »
Et voilà comment je reste client d’un côté et plus de l’autre, et ça explique aussi comment un groupe connaît une expansion rapide en Chine pendant que l’autre n’arrive pas à faire son trou et se demande bien pourquoi.

J’ai replongé….

Il semble que je n’arrivais pas à rester tranquille dans mon village à réparer des chaises en bois. L’aventure m’appelait, l’ennui était en moi. Et le fait de ne plus bosser que 39h faisait trop light par rapport aux 100h/semaine que je me cognais à l’Annexe.
Donc, comme j’étais encore sollicité pour tout un tas de trucs et que je ne peux pas résister à l’appel de l’argent, j’ai remonté une micro-société pour exploiter mes différents et aléatoires talents, à savoir :
– traduction et interprétariat : en anglais, je suis resté au top, et je reste mobilisable du lundi au jeudi soir, donc si vous avez besoin de quelqu’un pour des balades en Angleterre….
– dépannage de PC : dans ce domaine je n’ai pas changé, mais si vous voulez pouvoir m’appeler moins souvent, un conseil, passez à Linux…
– Webdesign : je n’ai pas la prétention d’être une bête là dedans, mais dans le simple et pas cher je crois être bien placé. Dans tous les cas, je sais que je peux déjà mieux faire que le mec de Ségolène . Et pour tout ce qui fait saigner des yeux, je sais à qui vous envoyer, il sera ravi tant que vous n’essayez pas d’oublier de le payer…
– fondues chinoises : ben oui, je n’allais pas oublier mon talent majeur tout de même ! J’ai d’ailleurs ramené de mon dernier séjour à Deyang une recette de fondue au lapin qui n’est pas épicée et qui peut donc être servie à des personnes qui sont privées de piments.
Donc voilà, si vous avez besoin de moi, faut pas hésiter.

Avant que cela ne se perde dans l’oubli

Une récente conversation sur un blog tournant autour des cocktails m’ayant mis le nez dans le fait que je ne rajeunis pas et que ma mémoire court toujours le risque d’une défaillance, je vous livre ici quelques recettes de cocktails qui ont fait les grandes heures de l’Annexe :

Le Supercopter
connu ailleurs sous l’appellation de Croisière, le nom de Supercopter a été imposé par mon père après avoir vérifié les effets de ladite boisson.

Dans un verre à long drink, on met :
– de la glace (ben oui)
– 2 cl de whisky
– 2 cl de triple sec ou de Cointreau
– 2 cl de Cinzano
– 1 trait de kirsch

Mélanger à la paille ou à la touillette selon les disponibilités.

Le Cocktail Maison de l’Annexe
mis au point en compagnie d’un copain bûcheron et mélomane.

Là encore, verre à long drink, et :
– glace
– 2 cl de gin
– 2 cl de mezcal (la tequila peut aller aussi, mais le goût est moins prononcé je trouve).
– 1 cl de Mei Kuei Lu Jiu (le saké de restaurant chinois)
– jus de pamplemousse : qsp. pour un verre
– finir avec un tout petit peu de curaçao bleu pour apporter une couleur de plus.

Mélanger à la paille ou à la touillette (pas la peine d’investir dans les touillettes fluo, cette boisson est résolument opaque)

Le 15
tout est dans le tour de main.

Verre à long drink again, dans lequel on ajoutera successivement :
– un glaçon, gros de préférence
– 2 cl de sirop de grenadine. Patienter un peu pour que le sirop refroidisse.
– 8 cl de jus d’orange, à verser très doucement en inclinant le verre, de façon à ce que le jus et le sirop ne se mélangent pas.
– 4 cl de Soho, qu’on aura soin de verser lentement sur le glaçon, ce qui évite le mélange et permet d’avoir ces trois belles couches qui montrent au client qu’on a affaire à un vrai barman dont la main ne tremble pas encore malgré les hectolitres déjà ingurgités. On appelle ça une préparation en pousse café.

L’Okinawa Sunrise
Souvenir d’un voyage mémorable avec le Marquis, où nous n’avons en gros pas dessoûlé 3 jours durant.

Verre à long drink (faut vous y faire, j’aime pas les shooters, je trouve que c’est de l’arnaque).
La procédure est rigoureusement la même que pour le 15, à part que l’on remplace le Soho par du Mei Kuei Lu Jiu.
Et c’est sacrément meilleur quoique ça plaise moins aux filles.

Pour la Tequila Sunrise, on fait pareil mais je suppose qu’à présent vous avez pigé le topo.

Whisky Sour
Recette de Monsieur Eddy.

Au shaker :
– glace pilée
– 4 cl de whisky
– 5 cl de jus de citron
– 4 cl de sirop de sucre de canne

Secouez, servez, dégustez.

Le tout est à consommer en bonne compagnie, à défaut de modération que je n’ai jamais rencontrée.